|

LES 6 (VRAIS) SECRETS DE LA RÉUSSITE PROFESSIONNELLE

Connaissez-vous les 6 (vrais) secrets de la réussite professionnelle ?

De quoi avons-nous besoin pour :

  • maîtriser notre situation professionnelle actuelle ?
  • évoluer dans le monde professionnel de demain ?
  • rencontrer le succès dans la réalisation de tous nos projets

(que ces projets soient d’ailleurs professionnels ou privés) ?

La réponse est simple :

Que vous soyez débutant ou professionnel, découvrez ou re-découvrez vos « 6 Quotients » et sachez les coordonner dans toutes les situations de la vie :

 

Le « QI (n)» = Quotient intellectuel

Ce quotient est le plus connu mais le plus mal utilisé car il s’agit -particulièrement au plan professionnel- surtout de l’art de bien penser, de penser critique et de la capacité à ne pas se perdre dans les détails d’un projet mais d’en maîtriser à tous moments les principaux tenants et aboutissants sans jamais perdre de vue l’essentiel : la réalisation réussie d’un projet, d’une carrière etc.

Ce « QI » doit donc vous permettre d’associer des relations complexes dans un cadre (privé ou professionnel) précis et de parvenir à reconnaître et en optimiser les étapes-clés.

 

Le « QE » = Quotient émotionnel

Détenir un « QE » élevé signifie être en mesure de maîtriser ses émotions, de conserver son équilibre émotionnel, de comprendre ses partenaires … toutes facultés incontournables dans le nécessaire esprit d’équipe exigé dans le monde professionnel en particulier.

Ce quotient contribue aussi à l’esprit d’équipe et à l’atmosphère de travail au sein d’une entreprise.

 

Le « QP » = Quotient passionnel

Il est bien connu que la majorité des salariés recherche des défis professionnels en accord avec leurs passions. Mais saviez-vous à quel point les entreprises recherchent également (souvent sans succès) des collaborateurs passionnés par les objectifs de leurs employeurs ?

Pourquoi ? Parce que la passion d’un salarié dans son travail signifiera un meilleur investissement de sa part dans la réalisation des projets concernés. En effet, de la passion (au plan professionnel : votre capacité à vous investir dans votre travail sans compter vos efforts) résulte une telle énergie réelle qu’elle sera contagieuse vis-à vis de votre équipe entière.

 

Le « QC(u)» = Quotient culturel

Oui, ce critère est désormais devenu incontournable, particulièrement dans les grandes entreprises et/ou toutes sociétés exportatrices. Ne montrer aucun intérêt et aucune sensibilité pour les bases culturelles de vos salariés, clients, fournisseurs, partenaires internationaux et ne pas savoir en retirer les aspects positifs vous mènera désormais inexorablement à l’échec humain donc commercial.

Tout candidat à un poste de responsabilité doit désormais maîtriser et promouvoir la notion de « diversité culturelle » et ne pas ignorer que le multi-culturel est désormais remplacé par l’interculturel !

 

Le « QC(o) » = Quotient courage

Un nombre croissant d’entreprises se refuse désormais à recruter des salariés « bénis-oui-oui » sans relief, leur préférant les candidats dotés du courage de poser les questions dérangeantes au bon moment de la bonne façon et acceptant de quitter leur zone de confort pour aller « plus vite – plus loin ».

Ce genre de quotient est actuellement un réel atout que tout individu peut, de surcroît, acquérir par entraînement et perfectionnement.

 

Le « QI(m) » = Quotient improvisation

Aucun individu ne maîtrise constamment tout. Il est donc important pour un employeur de disposer de collaborateurs capables « d’entrer par la fenêtre si la porte est fermée » lorsque son projet ne se déroule pas selon ses attentes.

Ne pas disposer de nos jours de ce talent d’improvisation, de cette capacité à penser, planifier, réaliser « out-of-the-box » face aux constantes modifications de nos environnements conduit immanquablement à l’échec.

Il convient donc d’oublier des notions telles que « modèle standard » ou « perfection » et d’accepter la nécessité de s’adapter à tout moment aux nouvelles conditions du jeu d’entreprise selon la méthode bien connue « trial-and-error ».

Je conclurai mon conseil d’aujourd’hui par une bonne et une mauvaise nouvelles :

  • la mauvaise nouvelle d’abord : L’ensemble de ces quotients n’est pas ou peu disponible d’office et doit être durement acquis puis maîtrisé puis perfectionné tout au long de notre vie dans des environnements (professionnel / privé) très variés voire mouvants.
  • La vraie bonne nouvelle n’a en fait pas encore été dévoilée dans cet article relatant uniquement les avantages réels et palpables de chacun de ces quotients pris individuellement : Imaginez désormais le potentiel susceptible d’être dégagé d’une utilisation simultanée de tous ces quotients dans votre vie quotidienne … !

R.Gilger

Pour en savoir plus 

Articles similaires