Plan d’épargne en actions (PEA) : on vous dit tout

Plan d’épargne en actions (PEA) : on vous dit tout

Le plan d’épargne en action (PEA) permet de bénéficier d’une fiscalité avantageuse (exonération d’impôt sur le revenu) grâce à l’acquisition d’actions d’entreprises françaises ou européennes. Le PEA est un produit d’épargne réglementé qui est destiné à être investi en bourse.

Les différents types de PEA

On distingue 3 types de Plan d’Épargne en actions : 

  • Le “classique bancaire” : il dispose d’un plafond fixé à 150 000€ et permet d’acquérir un portefeuille d’actions d’entreprises européennes
  • Le “classique assurance” : il a également un plafond fixé à 150 000€ et est souscrit auprès d’une compagne d’assurance, il prend alors la forme de contrat de capitalisation en unités de compte
  • Le PEA-PME : il dispose d’un plafond supérieur à celui des deux autres, soit 225 000€ ; il est dédié aux investissements dans les petites et moyennes entreprises (PME) et celles de taille intermédiaire

Un PEA-PME peut être cumulé avec un PEA bancaire ou PEA assurance.

PEA : pour qui ?

Le Plan d’Épargne en actions peut être ouvert par toute personne majeure qui est domiciliée fiscalement en France. Chaque personne peut ouvrir un unique plan, il en est de même pour les couples mariés ou pacsés.

Pour ce qui est des enfants majeurs qui sont rattachés au foyer fiscal de leurs parents : ils peuvent également ouvrir un PEA bancaire ou assurance, avec un plafond de 20 000 €.

Le PEA : comment ça fonctionne ?

Le Plan d’Épargne en actions se compose d’un compte en espèces et d’un compte-titres. 

Le compte en espèces est alimenté par des versements en numéraires (espèces, chèque ou virement) ; ces versements servent à acheter des actions. 

Ces actions seront conservées sur le compte-titres.

Les sommes versées sur le PEA peuvent être utilisées pour les titres suivants : part de SARL, actions, certificats d’investissement ou encore les parts d’organismes de placements collectifs (OPCVM, Sicav, etc…).

Attention donc a veiller à ce que le titre choisi soit éligible au PEA. Vous pouvez vérifier cela directement sur un site de bourse ou encore dans un journal spécialisé.

Le PEA et sa fiscalité

On distingue 3 types de fiscalités selon le moment de retrait ou de rachat.

  • Retrait ou rachat avant cinq ans : cette action entraine la clôture du plan et une imposition au taux de 12.8% sur le gain net réalisé depuis son ouverture (sauf si vous aviez choisi l’imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu).
  • Retrait ou rachat après cinq ans : cette action n’entraine pas la clôture du plan et les gains réalisés depuis son ouverture sont exonérés d’impôt sur le revenu.
  • Absence de retrait ou de rachat : si les dividendes et les plus-values générés par vos placement sont réinvestis dans le PEA, alors ils ne sont pas imposables.

Pour conclure, avant d’ouvrir un Plan d’Épargne en actions, vous devrez évaluer correctement un certain nombre de paramètres.

Voici quelques questions que vous pourrez vous poser : 

  • Est ce que cet investissement correspond à vos objectifs et à vos moyens financiers ? 
  • Quand est ce que vous souhaiteriez retirer les fonds ? A savoir que le PEA devient vraiment intéressant à partir de 10 ans.

Enfin, même si le PEA peut être un bon moyen d’augmenter son capital, il n’offre aucune garantie de capital. Il faut donc que vous soyez prêt à comprendre et accepter la possibilité de perdre tout ou partie de l’épargne investie, en comprenant bien que les marchés boursiers peuvent rapidement fluctuer.

SOURCE

Pour toute question ou réaction, n’hésitez pas de remplir le formulaire ci-dessous.

Découvrez également notre site internet : https://performan-ce.com/

Articles similaires